6 décembre – 6ème jour des 3 semaines de prière pour la France

 

3 semaines de prière pour appeler LA LUMIÈRE SUR LA FRANCE

si vous souhaitez recevoir chaque jour le thème et ses sujets, demandez à ObjectifFranceIntercession@gmail.com
pensez à liker notre page FB
si vous souhaitez soutenir notre action, c’est ICI – MERCI !

 

Jour  6 – UNITÉ BLESSÉE – Lumière sur notre passé

 

PROCLAMATION

 

Parce que Jésus a dit que « tout est possible à celui qui croit » (Mc 9.23) et que ce qui est impossible aux hommes est possible pour Dieu (Mt 19.26), PROCLAMONS SUR LA FRANCE ces magnifiques promesses que Dieu a faites à Israël : 

 J’ôterai du pays, en les brisant, l’arc et l’épée et la guerre ; et je les ferai reposer en sécurité.

Et je te fiancerai à moi pour toujours ; et je te fiancerai à moi en justice, et en jugement, et en bonté, et en miséricorde ; et je te fiancerai à moi en vérité ; et TU CONNAÎTRAS L’ÉTERNEL. Osée 2.18b-20 

Seigneur notre pays est plein des cicatrices des nombreuses guerres de notre longue histoire. Nous avons été même jusqu’à nous déchirer entre nous.  Nous sommes fatigués de combattre contre la chair et le sang. Conduis notre pays dans la paix, la paix véritable en Toi, pour l’amour de Ton Nom. 

 

C’EST LE TEMPS pour l’Église de FRANCE de CHERCHER DIEU de TOUT SON CŒUR et de L’élever au-dessus de la nation

 

APPELÉS À BÉNIR                                                                                                     AUJOURD’HUI BÉNISSONS… 

 

Les parlementaires 

Députés (577) élus directement pour 5 ans dans une circonscription, ou sénateurs (348)  élus indirectement pour 6 ans par les collectivités territoriales (communes, départements, régions etc.), ils sont la représentation du peuple dans l’élaboration des lois. Ils sont donc des éléments indispensables à la vie démocratique, même s’ils doivent vivre avec des critiques récurrentes (« trop nombreux », « trop payés »…) d’une France insatisfaite qui n’épargne personne. 

 

Bénissons nos parlementaires de l’Assemblée nationale et du Sénat ! Dans la phase critique que traverse notre pays, qu’ils se saisissent de toutes les compétences que leur donne la Constitution pour aider la France à sortir de la crise : -sans zèle amer ; – leurs pensées fixées sur l’intérêt national ; – soucieux de servir le pays avant de servir un parti (qu’il soit « présidentiel » ou «  de l’opposition ») ; -sans calcul ni hypocrisie. 

Osons parler à notre député et à notre sénateur (si c’est possible) pour l’encourager et, surtout, prions pour eux en sachant que Dieu cherche leur cœur.

 

UNITÉ BLESSÉE et DÉSIR D’UNITÉ            

-1-   Dieu mis à la porte du pays

 

Nous avons une peur viscérale de « remuer le passé », la peur de réveiller les « vieux démons ».

Cette peur se veut donc sagesse.

Parfois, elle s’imagine être un pardon donné. 

 

Le désir d’unité est récurrent dans la vie politique française. Il fut le thème de fond de la campagne du candidat Emmanuel Macron. 

Une nostalgie et un désir, sur fond historique d’unité… massacrée. La France abrite un peuple meurtri par les guerres de religions, la philosophie des « Lumières », les révolutions et les guerres successives.

De plus, par sa mauvaise attitude envers le peuple Juif, notre pays n’a pas trouvé les ressources nécessaires pour revenir dans sa destinée.

 

  • Les guerres de religions

Elles constituent la plus grande offense faite à un pays appelé, dès ses fondements, à servir le Christ. Elles se solderont tragiquement par la persécution (dragonnades, prisons, galères, mort, conversions forcées) et l’exil de beaucoup de protestants (Huguenots) français. Réalisons qu’elles furent la guerre de l’État français contre d’autres Français, d’un cardinal contre des croyants…

Conséquences: – la France se videra de presque 1/10ème de sa population, au fort potentiel (tous les protestants savaient lire et écrire, à partir de la Bible) ; elle perdra son avance sur les autres pays ; la Révolution germera sur cette France très appauvrie ; la laïcité, soutenue par les Protestants, s’imposera comme solution de paix sociale.

NB: des Catholiques et des Protestants ont travaillé sincèrement au pardon mutuel dans l’optique de « l’unité ». Il reste parfois à faire la différence entre l’unité des confessions – illusoire, et refusée par beaucoup – et l’unité des personnes (donc aussi de chrétiens) qui passe par la guérison du pays.

Dieu dit toujours, et encore:

« Déchirez vos cœurs et non vos vêtements! » Joël 2 

ENSEMBLE, disposons nos cœurs à revisiter le passé avec sérieux et un esprit doux, avec le seul désir de revenir tous ensemble pleinement dans la destinée de notre pays. Réalisons que Dieu ne désespère pas de notre pays, car Il a choisi d’espérer en nous.

Que Dieu nous donne de comprendre -au-delà des mots-, et d’entendre Son cœur, afin d’oser, avec une audace renouvelée, reconquérir la France pour Dieu.

 

  • La philosophie des « Lumières », et ses ténèbres.

    Les Français sont fiers de leurs « lumières », exportées dans le monde. S’il est normal de ne pas « jeter le bébé avec l’eau du bain », il serait salutaire d’arrêter de se voiler la face sur la dimension ténébreuse de nos philosophes. Cela est urgent avant tout pour le peuple de Dieu en France, afin de sortir définitivement des filets de leurs séductions.

Les philosophes n’envisagèrent jamais le renversement de la monarchie. Cherchant à fonder leur propre morale, avec leurs propres repères, ils entreprirent la déchristianisation de la société au profit de la promotion de l’homme, seul artisan de son salut… par le progrès.

 

Ses suites, révolutionnaires!

– la Convention adoptait en 1793 le calendrier républicain, dont le but était de fonder « sur les débris des superstitions détrônées, la seule religion universelle qui n’a ni secrets ni mystères, dont le seul dogme est l’égalité ».

Robespierre imposa le « culte de l’Être suprême » qui consistait en une « religion » laïque qui n’intervenait pas dans la destinée des hommes. Son but était de promouvoir des valeurs sociales comme l’Amitié, la Fraternité, le Genre humain, l’Enfance, la Jeunesse ou le Bonheur.

– la Commune de Paris consacra la cathédrale Notre-Dame au culte de la Raison, puis toutes les églises de Paris. La Raison désormais régnait sur la France. Elle en devenait le fondement… et l’est aujourd’hui encore!

NB : la majorité des chrétiens protestants s’interdit de critiquer la Révolution que leurs ancêtres ont soutenue comme une revanche des Guerres de Religion. Leur discours souligne, comme le discours officiel, les acquis en termes de liberté, égalité et fraternité. Il est même bien vu de prêcher sur le caractère supposé évangélique de la devise française. Au fait, qu’en dirait Jésus ?

Prions pour le retour en France – dans l’Église premièrement ­- d’une compréhension de la dimension spirituelle de la vie et de l’histoire, et de nos liens et responsabilités générationnelles.

Appelons le peuple de Dieu à sortir des confusions historiques, culturelles et spirituelles.

Réjouissons-nous de la devise généreuse de notre pays, mais avec la pleine conscience qu’elle n’est pas du tout l’Évangile mais la tentation humaniste d’organiser le bonheur des hommes sans Dieu. 

Élevons sur la France et sur « les intelligents » de ce siècle, le nom de Celui qui est au-dessus de tout nom: Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, crucifié, et ressuscité !

 

« Il est vivant par la puissance de Dieu. Et nous aussi nous serons vivants avec lui par la puissance de Dieu »        

 

                     Demain : UNITE BLESSÉE -2-   La Révolution, guerre fratricide

ut eget mattis fringilla dictum tempus Donec amet,