12 décembre – 12ème jour des 3 semaines de prière pour la France

 

3 semaines de prière pour appeler LA LUMIÈRE SUR LA FRANCE

si vous souhaitez recevoir chaque jour  -gratuitement-  le thème et ses sujets, demandez à ObjectifFranceIntercession@gmail.com
pensez à liker notre page FB
si vous souhaitez soutenir notre action, c’est ICI – MERCI !

 

Jour  12 – L’HUMILITÉ, la clé pour une nouvelle saison

 

PROCLAMATION

 

…Que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes…

Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ

…Il s’est dépouillé lui-même…

il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix.

C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. Phi 2.3-11

 

C’EST LE TEMPS pour l’Église de vouloir ressembler à JÉSUS

 

ACTUALITÉS

 

 « Avant la ruine, le cœur de l’homme s’élève ; mais l’humilité précède la gloire » Pr 18.12

Cette parole s’applique-t-elle au chef de l’Etat qui a fait le choix de l’humilité… enfin presque ?

Le choix d’une distance affichée avec le peuple. C’est l’avis d’un chercheur spécialiste en communication (Source) qui a étudié l’allocution d’E. Macron. Car s’il a parlé d’un nouveau départ pour la France et a accordé des avancées matérielles etc., c’est en se positionnant au-dessus du peuple:

« C’est la manière dont on veut gouverner qui est ici remise en cause, la perception même de la démocratie qui est posée par le langage d’Emmanuel Macron. Soit on considère que le leader doit marquer une forme de supériorité par rapport au peuple, soit on considère … qu’il doit chercher une forme de proximité et de coprésidence avec ceux qui l’ont élu. Emmanuel Macron a choisi: il pense qu’être un représentant de la nation passe par un langage exigeant. »

Laissons-nous interpeller par cela : sommes-nous tellement différents ?

 

L’humilité est LA marque du chrétien. Où en sommes-nous ?

Non pas la seule marque (la bienveillance, la joie, « la foi, l’espérance et l’amour » en sont d’autres), mais celle qui le distingue premièrement du monde gouverné par Satan (1 Jean 5.19), l’orgueilleux par excellente.

Peuple de Dieu en France, résistons !…d’abord à la chair, et finissons-en avec nos libertés vis à vis de la volonté du Père. « Marchez par l’Esprit, et vous n’accomplirez point les désirs de la chair » Ga 5.16

  

  • l’humilité doit remplacer l’arrogance et la critique érigée en vertu

L’enjeu est grand: que notre pays sorte des errances et des malédictions, qu’il entre dans sa destinée!

Les promesses sont là, notre histoire est riche de puits extraordinaires, nos pères ont semé souvent dans les larmes et la détresse: quel privilège d’être là! Ne le gâchons pas!

Car si « Dieu résiste aux l’orgueilleux … il fait grâce aux humbles ». Jc 4.6 et 1P 5.5

 

AINSI :

  • face aux autorités du pays

– plutôt que de lister les défauts de nos autorités pécheresses, drapés dans  notre indignation…chrétienne,

– soyons responsables de notre pays (2 Ch 7.14). Manifestons qui nous sommes en Jésus: « la lumière du monde » (Mt 5.14), appelés selon Sa volonté à « briller devant tous les hommes, pour qu’ils voient le bien que vous faites et qu’ils en attribuent la gloire à votre Père céleste ».

 Non par nos propres forces et autres « bonnes résolutions », mais en criant à Dieu dans une vraie repentance.

1P 5.6: « Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable »

 

PRIONS

Alignons-nous avec le cœur de Dieu afin de tenir dans les vents mauvais. 

Prions entre frères et sœurs. ENSEMBLE, encourageons-nous à changer de mentalité par la puissance de  Dieu qui, par Son Esprit, veut nous renouveler entièrement (R 12.1-3)

Continuons à régler dans nos vies tout conflit avec l’autorité et les autorités. 

Prions, avec enthousiasme (cela réjouit le cœur de Dieu: 1 TI 2.3) pour les dirigeants de la nation: ne les critiquons pas, bénissons-les et appelons la sagesse et le salut sur leur vie, sans relâche.

Une sagesse pour racheter le temps : n’entretenons pas de conversations avec les « critiqueurs professionnels » ou compulsifs: « je ne voudrais pas critiquer mais… ». Prions pour eux.

Cessons de tourner nos regards vers « la solution politique » et nos attentes démesurées envers les responsables de la nation. Tournons nos regards vers Jésus, Sa présence dans nos vies et dans l’Église, et Ses « solutions » pour ce monde qui se perd.

 

  • dans le corps de Christ aussi

Temps de jugement ou temps de grâce…encore? Retour de Jésus ; enlèvement de l’Église ; louange comme-ci ou comme ça… Dans les temps difficiles actuels, et en prévision de ceux qui viennent :

– ne nous critiquons pas les uns les autres ;

– ne critiquons pas les ministères connus et les dénominations, ni les prises de positions théologiques que nous ne partageons pas. Discernons, jugeons pour nous-mêmes. Partageons avec humilité, et prions.

La crainte de l’Éternel enseigne la sagesse, et l’humilité précède la gloire. Pr 15.33

 

PRIONS

Bénissons Dieu qui Seul connaît toutes choses, et le commencement, et la fin.

Prions-le de nous garder de la vanité de « vouloir avoir raison », ou essayer de prouver que l’on est « plus spirituel que l’autre ». Rachetons le temps en nous aimons, en vérité et non en émotions, par amour pour Celui qui nous a aimé le premier (1 J 4.19). 

 

APPELÉS À BÉNIR                                                                                                     AUJOURD’HUI BÉNISSONS… 

 

                           Les  métiers ‘’bibliques’’ de France : -4- les bergers

 

Nous pouvons mettre dans cette profession non seulement les éleveurs de brebis (latin berbix, d’où vient le mot berger), mais aussi tous les éleveurs d’animaux pâturants.

Tous ne sont plus dans les pratiques bibliques berger-pasteur (latin pastor= qui fait paître). Mais tous se doivent de pourvoir au bien du troupeau : nourriture, santé, hygiène.

La France résiste plus que d’autres pays à l’industrialisation de l’élevage qui conduit, dans sa forme extrême, à ce que les animaux ne voient jamais une pâture, de génération en génération.

Historique : à la Libération, découvrant une Europe exsangue et affamée, les USA se hâtent d’y exporter cette méthode d’élevage, mise en place en France dès le début des années soixante. Méthode livrée clef en main, dans le cadre du fameux Plan Marshall, avec son kit complet: tracteurs, engrais, herbicides, pesticides…et immédiatement adoptée par la Politique Agricole Commune. Source  

La qualité. Nous pourrions mettre cette résistance sur le compte du respect du vivant, mais c’est plutôt le fait de la tradition de « produire de la qualité », qui marque la mentalité française dans bien des domaines. Certes, au pays du bien-manger et de la gastronomie, il y a des raisons majeures de trouver des ‘’résistants’’ qui se lèvent –et font école– pour ‘’défendre le patrimoine et les terroirs’’…forcément ‘’de qualité’’ !

Le bon berger ! Il donne sa vie pour ses brebis…elles le suivent…personne ne les ravira de sa main.

  • Christ-Yeshua est –premièrement– le berger d’Israël, bon et fidèle. Il est aussi le berger de Son Église. Des deux il ne fera qu’un seul troupeau (Jean 10.16). C’est pourquoi la théologie du remplacement est non seulement une erreur mais une insulte à Dieu, le faisant berger infidèle d’Israël qu’Il aurait rejeté et maudit pour se tourner vers les païens, « tellement meilleurs ? »…

PRIONS 

Bénissons tous les bergers-éleveurs, et encourageons spécialement ceux qui refusent de se conduire en faux bergers « qui ne se mettent point en peine » du troupeau (J 10.13).

Appelons tous ces éleveurs à reconnecter à la dimension biblique de leur métier, jusqu’à devenir des Abel, capables de discerner l’offrande qui plait à Dieu, leur vie-même !

Prions pour les bergers en église: qu’ils soient de bons et humbles bergers, sur le seul exemple, Jésus !

Rappel/Caïn : « Suis-je le gardien (=berger en hébreu) de mon frère ?». Réponse : OUI ! Nous tous sommes appelés à être les bergers de nos frères et de nos sœurs en Christ. Non pas sermonneurs, mais protecteurs, c’est-à-dire –souvent– intercesseurs, comme Christ (R 8.34) 

 

Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous !

elit. sed libero ut luctus ultricies dolor dapibus