16 décembre – 16ème jour des 3 semaines de prière pour la France

 

3 semaines de prière pour appeler LA LUMIÈRE SUR LA FRANCE

si vous souhaitez recevoir chaque jour  -gratuitement-  le thème et ses sujets, demandez à ObjectifFranceIntercession@gmail.com
pensez à liker notre page FB
si vous souhaitez soutenir notre action, c’est ICI – MERCI !

 

PROCLAMATION

 

 

Que les cieux répandent d’en haut, et que les nuées laissent couler la justice !
Que la terre s’ouvre, que le salut y fructifie, et qu’il en sorte à la fois la délivrance !
Moi, l’Éternel, je crée ces choses ! Esaïe 45.8

 

 

Jour  16 – LUMIÈRE sur l’immigration

 

Les migrants au cœur des préoccupations

 

La population française (et européenne) est perturbée par ces vagues soudaines et importantes de populations, issue de cultures très différentes et majoritairement musulmanes.

Éclairage de l’institut d’opinions IFOP: « Quand on interroge les Français sur leur propension à accueillir des chrétiens d’Orient, ils répondent très majoritairement par l’affirmative. Le fait que bon nombre des migrants soient de confession musulmane ajoute  une source d’inquiétude supplémentaire liée à des craintes profondes : la menace terroriste, avec la question de l’infiltration de djihadistes dans les flots de réfugiés ». 

Une réflexion s’impose, mais est-elle possible ? Non selon le philosophe Michel Onfray qui observe que l’«on criminalise la moindre interrogation sur les migrants ».

Les chrétiens ne sont pas forcément plus à l’aise mais ils cherchent, hésitants, le cœur de Dieu. La Parole nous pousse à accueillir.

« Ainsi parle le SEIGNEUR : Défendez le droit et la justice, délivrez le spolié de la main de l’exploiteur, n’opprimez pas, ne maltraitez pas l’immigré, l’orphelin et la veuve » Jr 22.3)  

 

PRIONS

 

Prions Dieu de nous garder, sur ce sujet ‘’explosif’’, des peurs, des incompréhensions, des  divisions, des jugements et des accusations réciproques, d’abord entre chrétiens, entre dénominations chrétiennes et en église locale.

Réjouissons-nous de voir que les Français n’ont pas peur des réfugiés chrétiens.

 

Un historique chrétien sur la question ?

 

  • 2014/2016, la recherche -difficile- d’une position  sage. Le pape François a rectifié son exhortation de 2014 à l’Europe à être « plus courageuse et généreuse dans le secours aux réfugiés ». Deux ans après il conseillait aux gouvernements de ne pas accueillir au-delà de leur possibilité. Car si on ne peut offrir «un toit, un travail, une école, l’apprentissage de la langue» en vue de leur «intégration», alors on peut «payer politiquement une imprudence dans ses calculs en recevant plus de réfugiés que l’on peut». (Source) 
  • En 2015, ‘’Les conséquences heureuses de l’immigration’’. C’était l’avis du président du CNEF (/évangéliques) : « nos Églises évangéliques ont vocation à manifester l’amour de Dieu aux réfugiés, à tous les réfugiés que le Seigneur met sur leur route (…) il faut intensifier nos efforts pour bien accueillir les migrants et oser interpeller les autorités pour que notre pays sorte de sa crispation ». (Source actualitechretienne)
  • La Fédération de l’entraide protestante appelait les autorités françaises à ouvrir plus largement leur accueil, et à changer les discours autoritaires en matière de migration. (Source FEP)
  • En 2018, un projet : ‘’la construction d’une humanité renouvelée’’. C’est l’appel de plusieurs grandes voix catholiques, dans plusieurs livres, en écho au texte du ‘’Conseil pontifical pour la pastorale des migrants’’ qui souligne « le phénomène actuel des migrations comme un ’signe des temps’ particulièrement important, un défi à relever et à mettre en valeur en vue de la construction d’une humanité renouvelée et de l’annonce de l’Évangile de la paix » (Source la-croix.com)

NB : un peu moins de la moitié des catholiques français (45%) se disent ouverts à l’accueil des migrants, quand 33% de ces croyants sont plutôt fermés à cette idée et 22% ambivalents sur le sujet, selon un sondage (Source Aleteia).  

Étonnamment, beaucoup de responsables chrétiens préfèrent aussi le non-débat, et semblent évacuer ceux qui ont peur ou qui souffrent de trop d’immigration ? 

PRIONS

 

Demandons au Seigneur de nous permettre, dans Sa grâce, d’exercer avec toute Sa sagesse l’accueil et la miséricorde en Son nom ;

  • l’accueil des immigrés en danger dans leur propre pays ;
  • l’accueil des peurs et des souffrances de tous, sans rejet ni jugement, sachant que le Seigneur ne hiérarchise pas Sa grâce et ne méprise aucun désarroi. Il nous appelle à faire de même.

Prions pour des débats (partages) en communautés chrétiennes, la bible à la main et le cœur ouvert, tourné vers Celui qui donne par Son Esprit, vie à Sa parole.

NB : les chrétiens ne devraient jamais être ceux qui caricaturent les situations complexes, mais ceux qui cherchent à comprendre et qui œuvrent à mettre en place les réponses inspirées par l’amour de Dieu. 

Prions que nous ayons le zèle pour annonce l’Évangile aux immigrés, et à tous les Français !

 

Le débat sur l’immigration n’aura pas lieu

 

Promis par un Président qui en reconnaissait le besoin urgent…

«Je veux aussi que nous mettions d’accord la Nation avec elle-même sur ce qu’est son identité profonde, que nous abordions la question de l’immigration. Il nous faut l’affronter. Ces changements de fond qui demandent une réflexion profonde et partagée, imposent un débat sans précédent (…)  vous y aurez votre part. Je veux (…) prendre ainsi le pouls vivant de notre pays.»

 

…il ne sera qu’un sous-thème de la question «démocratie et citoyenneté» Le Président aurait cédé au Premier ministre, et à des députés LAREM. NB : les mots «inquiétudes des Français» ont disparu du compte-rendu à la sortie du conseil des ministres, et le gouvernement n’entend plus discuter de la question migratoire que sous l’angle des attentes des Français «dans le cadre de la mondialisation». (Source)

 

PRIONS

Prions que cessent les dissensions au sein de l’exécutif car, au-delà des mésententes supposées, elles génèrent des désillusions et affaiblissent la parole de ceux qui gouvernent.

Prions pour le 1er ministre, et pour tous ceux qui sont affolés par un débat sur l’immigration et préfèrent se cantonner aux questions économiques et sociales : qu’ils quittent leurs habitudes de « techniciens » (technocrates) pour aller à la rencontre des Français et « prendre ainsi pouls vivant de notre pays ».

 

Le ‘pacte de Marrakech’ :

 « Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières »

 

Présenté sur le site France Diplomatie (ICI), le pacte se veut très rassurant (lire ICI le document: PDF 41 pages). 

à un groupe de généraux* demande au chef de l’Etat de ne pas ratifier ce texte. Ils estiment qu’en le ratifiant, E. Macron se rendrait « coupable d’un déni de démocratie, voire de trahison à l’égard de la nation ».

(*un ancien ministre de la Défense, dix généraux, un amiral et un colonel)

Une fois approuvé, ce pacte « pourra s’imposer à notre législation nationale par le biais de traités préexistants ou du principe de responsabilité commune (…) La seule souveraineté qui restera à la France consistera à fixer librement la façon dont les objectifs du pacte devront être mis en œuvre ». (Source)

 

Un décryptage du pacte par l’Institut Thomas-More (club de réflexion, européen et indépendant) valide cette crainte et au-delà (lire ICI l’analyse/PDF 12 pages). Une fois encore, l’ONU outrepasse ses droits.

– contraignant? Officiellement non, mais l’histoire juridique nous enseigne le contraire ;

– le Pacte revendique sa neutralité idéologique. Or tout le texte est teinté de cette coloration favorable a priori et sans limites aux migrations «facteurs de prospérité, d’innovation et de développement durable » ;

– le terme de «migrant» est trop imprécis. Il crée un flou majeur, à commencer entre l’immigration légale et l’immigration illégale. À six reprises, la formule «tous les migrants, quel que soit leur statut migratoire».

– la prise en charge des migrations devra se penser à l’échelon mondial…  et les objectifs visant à réduire ou contrôler les flux (4 sur 23) sont flous, etc.                         NB : le Pacte sera entériné le 19 décembre à l’ONU

 

PRIONS

Prions pour l’impossible -politiquement et humainement : que le Président de la république ne ratifie pas le texte (rien ne l’empêche de le faire plus tard) et s’en remette aux débats à venir, et au Parlement.

NB : à la première lecture, le pacte semble réponde aux souhaits des responsables religieux !…

Appelons la lumière de Dieu sur l’agitation du monde, sur ses ‘’bonnes idées’’ selon sa vision du « grand village mondial » que serait la terre : un seul peuple, une seule langue…comme du déjà-vu.

NB : de facto, le pacte concerne particulièrement l’Europe, qui manquerait de mains d’œuvre.

 

QUE  LA  GRÂCE DU  SEIGNEUR  SOIT  AVEC  TOUS !

venenatis diam id pulvinar libero ipsum