5 décembre – 5ème jour des 3 semaines de prière pour la France

3 semaines de prière pour appeler LA LUMIÈRE SUR LA FRANCE

si vous souhaitez recevoir chaque jour le thème et ses sujets, demandez à ObjectifFranceIntercession@gmail.com

 

Jour  5 – GUERRE ou PAIX 

 

PROCLAMATION

 

Proclamons sur l’Église de France l’atmosphère spirituelle d’Actes IV, notamment : 

Seigneur… donne à tes serviteurs d’annoncer Ta parole avec une pleine assurance, en étendant Ta main, pour qu’il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de Ton saint serviteur Jésus. 

Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance. 

La multitude de ceux qui avaient cru n’était qu’un cœur et qu’une âme… Acte 4 (relire en entier) 

 

Alors que notre pays semble comme jouer avec la vie et la mort, que les autorités du pays sont affaiblies dans leurs certitudes et hésitantes dans leurs stratégies, remplis de la Joie de Dieu tenons-nous dans Sa gloire et décrétons avec foi -au-delà de ce que nos yeux voient aujourd’hui- que Sa présence envahit la France.

Il y a comme une mort qui vient sur la France, et peut-être doit-elle mourir. Mais nous proclamons que c’est pour une résurrection ! 

 

APPELÉS À BÉNIR                                                                                                                AUJOURD’HUI BÉNISSONS… 

 

                                             Les maires

En principe nous les connaissons car ils sont par excellence « les élus de proximité ». À cause de cela, nous les apprécions, ou nous les critiquons, trop facilement.

Vague de démissions. Manque de moyens, réduction des contrats aidés, lourdeurs administratives, insécurité juridique… On ne compte plus les raisons expliquant la hausse de 55 % des démissions chez les maires depuis 2014 par rapport au mandat précédent, selon une enquête de l’AFP. Coincés entre des citoyens de plus en plus exigeants et ‘’l’Etat qui les abandonne’’, beaucoup se découragent.

(près de deux Français sur trois -63%- jugent positivement le bilan du maire sortant) 

Bénissons notre maire, et tous ceux et celles que nous connaissons. Encourageons-les concrètement et prions pour eux et pour leur famille. Dieu les cherche et si leur travail est important, leur salut l’est bien plus encore. Demandons au Seigneur de tourner notre cœur dans ce sens.

 

L’IMPOSSIBLE PAIX ?  

La douleur du corps social. Pour l’éditorialiste du Vox-politique, « une simple taxe et l’obstination d’Emmanuel Macron ont réveillé toutes les douleurs de notre corps social. L’invisibilité des plus humbles, la morgue des petits marquis, la détresse profonde du Français moyen, l’impunité des vandales, la disparition du principe d’autorité, la faiblesse de l’État (…). La communication a remplacé la politique. Le réel a choisi de la réduire en poussière». (Vincent Trémolet, co-auteur du livre ‘’prophétique’’ «Et la France se réveilla ») 

Le gouvernement est face à une grande difficulté d’analyse… Les grandes villes, comme les zones les plus rurales et toutes les régions, sont concernées sans distinction.

…avec ces questions : les « gilets jaunes » sont-ils une jacquerie fiscale de la France profonde, une mobilisation de la France périphérique ? Sommes-nous en présence d’une révolte de populations abandonnées ? Est-ce le soulèvement de gens en mouvement ?

On entend des témoignages de toutes les catégories sociales, chefs d’entreprises, employés, autoentrepreneurs, artisans, tous engagés dans leur territoire et conscient de leur utilité. C’est peut-être pourquoi 73 % des Français disent leur sympathie pour la mobilisation, dont beaucoup de personnes ayant voté pour Emmanuel Macron lors de la dernière élection présidentielle.

En fait les régions ont de grandes opportunités, mais l’Etat ne s’adapte pas assez vite à la demande des projets montant de territoires non métropolitains, analyse l’économiste et géographe Frédéric Gilli dans une tribune au « Monde ». (Source)

Reconstruire le contrat social. Trois présidents de région se déclarent à la disposition du chef de l’Etat et de son gouvernement pour contribuer « au dialogue national » pour trouver « l’apaisement dont la France a besoin aujourd’hui », tout en prévenant qu’ il faut, avant toute discussion « un moratoire absolu sur la fermeture des services publics dans tous les territoires »

                                    PRIONS

Encore une fois, présentons au Seigneur ces mobilisations « hors normes » connues jusqu’alors.

Alors que plusieurs parlent -avec une certaine pertinence- de deux France(s), réalisons que Dieu met ‘’LA’’ France sur notre cœur. Elle est faite du meilleur et du pire, devant Dieu nous sommes solidaires et nous disons : « Malheur à moi ! Je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures » Esaïe 6.5

Au-delà des débordements (inexcusables), demandons au Seigneur d’entendre ce que dit la France aujourd’hui, et comment bat son cœur.

Prions pour la reconstruction de ce contrat social, pour sa redéfinition, épurée des égoïsmes et des manipulations, enrichie des contributions « des hommes -et des femmes- droits ».

 

FIN DE LA GUERRE ?…

 

Le gouvernement joue l’apaisement…

« La colère vient de loin et pendant longtemps elle a grondé, elle s’est accumulée. En 10 ans, le pouvoir d’achat a baissé continuellement, les impôts ont augmenté et la dette publique aussi. Je ne m’en satisfais pas.

Il nous appartient de faire en sorte d’inverser toutes ces évolutions qui sont dangereuses : augmenter le pouvoir d’achat, baisser les impôts et baisser la dette. Pour y arriver, la méthode face à cette colère, ça a été l’apaisement. »

 « Je suspends pour une durée de six mois ces mesures fiscales … il faut plus de transparence sur notre système fiscal… Je veux ouvrir un large débat sur les impôts… Ce débat commencera dès le 15 décembre et se terminera le 1er mars ».

…mais se heurte aux refus des partis politiques. « Le gouvernement veut enfermer le débat dans une fausse alternative: écologie ou pouvoir d’achat, services publics ou impôts. Ce que nous demandons, c’est la justice fiscale, la lutte contre les inégalités sociales et territoriales, une discussion salariale. » (PS) 

…et des « gilets jaunes ».«Il fallait des mesures fortes et visibles. Ce sont des mesurettes pour jouer la montre, pour faire baisser d’un palier la colère» ; – « Les gens n’ont qu’une peur, c’est qu’on crée des commissions qui s’étouffent par elles-mêmes et au final rien n’est fait ».   

Prions – pour une écoute, dès maintenant, sincère et attentive ; – une chance donnée au dialogue véritable ; – le refus d’avoir raison ‘’à tout prix’’ contre l’autre, de ‘’gagner contre l’autre’’, vaines victoires.

Prions pour la paix dans les cœurs. Appelons-la par notre regard bienveillant sur tous les acteurs de la situation actuelle : les dirigeants actuels et passés du pays, toute la société dans sa diversité, donc nous aussi…pas toujours trouvés priant et bénissant mais appelés à l’être, résolument, à cause de Celui qui nous a aimé, tant aimé, jusqu’à mourir à notre place. Redisons-le à notre âme, insatisfaite parfois.

 

VERS UN ACTE 4 

Encore plus de violence ? C’est ‘’la prophétie’’ du ministre de l’Intérieur qui se prépare au pire.

Une explication : à Lorient, on explique que «des plus jeunes ont récupéré la contestation. Plus remontés, plus radicaux, plus enclins aux mesures fortes».

La responsabilité des parents… dans les lycées, des jeunes sont arrivés le lundi matin ‘’enseignés’’ par leurs parents, sans vraiment comprendre ce qui se passe en France mais prêts à en découdre de toutes façons. 

Il faut compter aussi avec la mobilisation des ambulanciers, des agriculteurs, des « indépendants des travaux publics », et avec des mobilisations à l’étranger : des rassemblements ont eu lieu en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne et même au Burkina Faso. La France reste influente !…

Appelons la meilleure des mobilisations : le peuple de  Dieu en prière !

 

« J’entendis la voix du Seigneur, disant : Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ? Je répondis : Me voici, envoie-moi » Esaïe 6.8

 

dictum Aenean porta. in nunc non quis nec massa dolor. venenatis, Lorem