Jour 15 – ECONOMIE

 

ÉCONOMIE

 

En toile de fond économique, une dette nationale abyssale. 

En progression quasi-ininterrompue depuis 45 ans, la dette publique française dépasse aujourd’hui les 100% du PIB. Elle suscite inquiétudes et controverses.  Multipliée par 32 en 40 ans, elle frôle les 2420 milliards d’euros, soit:

– 35.500 euros par Français ou – 7 années de pensions de retraite payées en France.

La dépendance de l’étranger: à 52%, la dette française est détenue par « des non-résidents ».

Les intérêts de la dette s’élèvent à 37,4 milliards d’euros/an à rembourser soit: – 560 euros par Français ; – la moitié du budget 2019 de l’enseignement scolaire ou … 4 fois les crédits accordés à la justice.

La France à la casse. La désindustrialisation de la France depuis 2000 lui aurait couté 8 points de PIB, ce qui est énorme ! Le choix de privilégier les services au détriment de l’industrie a été catastrophique, profitant à l’Allemagne comme à la Chine. Des nationalisations furent mal conduites, de grandes entreprises performantes furent déconstruites ou abandonnées à la concurrence. Régulièrement la France perd la main là-même où elle était en position de force (ex : Airbus).

Il semblerait que la France ait perdu tout bon sens, se laissant facilement abuser par des négociateurs-prédateurs, peu soucieux des intérêts français (Cf. Alstom, l’affaire Renault-Nissan/Fiat-Chrysler, la privatisation des aéroports…)

 

La France cultive… les réglementations… pendant que les autres pays les suppriment. Or elles pèsent au moins autant sur les individus et les entreprises que les prélèvements obligatoires.  Selon les chiffres du gouvernement, en janvier 2019, il y avait 84 619 articles législatifs et 233 048 articles réglementaires en vigueur. Un véritable record, qui montre que les décideurs politiques et les administrations exercent une emprise toujours plus forte sur ceux qui créent des richesses. En 2018, plus de 1 535 articles de loi, 1267 décrets avec 9 030 articles et 1305 nouvelles circulaires (le chiffre le plus important en cinq ans) ont été publiés.

 

Non, ce n’est pas « la faute de l’Europe » ! En 2018, il n’y a eu que 75 mesures de transpositions de directives européennes, dont 15 mesures de niveau législatif. C’est bien l’Etat français qui aime réglementer notre vie.

 

 

 

Remettre l’économie à sa juste place : paroles d’économistes.

–  Marcel Gaucher : «Nous sommes passés dans une situation où l’économie est supposée faire société…le discours économique est devenu le discours autour duquel s’organise la discussion publique dans son entier».

– David Cohen : « Les liens sociaux en général répondent à d’autres normes que celle de l’efficacité économique. Vous ne vivez pas, dans les rapports avec les gens auxquels vous tenez, sur un mode économique ».

– Jean-Pierre Dupuy : «L’économie tend à envahir le monde et nos pensées… à la fois juge et partie. La religion put combler pendant longtemps la soif d’infini qui est en nous, puis ce fut la croissance qui en fournit un ersatz. » (Source dossier bibliobs.com)

 

 

 

Prions pour notre pays,  plein de génie pour inventer et créer de grandes et belles choses, mais maladroit à vendre et négocier. Que se lèvent des stratèges au niveau national ! Que les chefs d’entreprise (PME et artisanats, 1er employeur de France) soient encouragés et libérés dans leurs initiatives afin de promouvoir le dynamisme des territoires.

 

Prions pour cet aspect du caractère français, porté à légiférer et réglementer en permanence, pour toute chose, comme un besoin vital de cadres et de contraintes… de contrôle ?… de sécurité ?…

Prions pour les justes réformes et ajustements nécessaires, dans la clarté et la concertation avec les Français : pouvoir d’achat, retraites, allocations, etc. ; et des initiatives qui libèrent les artisans, les petites et moyennes entreprises, les agriculteurs, et le potentiel créatif de chacun.

 

Chrétiens, repentons-nous de nos obsessions de croissance, résultats, efficacité, performances… qui ont envahi nos vies et celle des églises locales… souvent ! Identifions l’influence de l’esprit du monde, et refusons son règne.

 

efficitur. risus non venenatis elementum accumsan Donec ante. eget elit. nunc