Jour 18 – Bioéthique

 

Proclamons

Malachie 4.6

 

BIOÉTHIQUE

 

Ils étaient 41.000 selon la police à défiler dimanche 19 janvier, à l’appel du collectif Marchons enfants !, qui réunit 22 associations dont la Manif pour tous. Mais pour le gouvernement, le retrait de la PMA pour toutes est « a priori exclu », puisque ce point « était dans le programme d’Emmanuel Macron ». Si cette mobilisation était moins importante que les précédentes, les organisateurs n’excluent cependant pas d’autres manifestations « dans les prochaines semaines », en cas de statu quo du texte et de « non-ouverture d’un dialogue ».

« Lorsqu’un changement négatif s’effectue de manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps pas de réaction, pas d’opposition, pas de révolte. C’est exactement ce qui se produit dans la société où nous vivons. D’année en année, on observe une constante dégradation des valeurs, laquelle s’effectue cependant assez lentement pour que personne – ou presque – ne s’en offusque. »

Olivier Clerc, philosophe)

La « chosification » (réification) de l’enfant est le signe flagrant d’une société sans Dieu qui a donc perdu toute compréhension de la Vie donnée par le Créateur qui voulu et fonda la famille.

 

« J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. CHOISIS LA VIE, afin que tu vives, toi et ta postérité » Dt 30.19

 

 

IVG. Même les chrétiens s’y habituent tant les médias, les lobbies et les politiques ont travaillé à la banaliser.

Oui, un enfant ! Simone Veil avait déclaré que les avancées de la science permettaient  aujourd’hui d’établir que le « fœtus », « l’embryon », est un enfant. NB : une femme qui décide de ne pas avorter dit qu’elle va garder son enfant et non pas garder son « fœtus » ou garder son « embryon ».

Souffrance interdite ! Beaucoup de femmes souffrent de troubles psychiques après une IVG. Mais, leurs témoignages ne suffisent pas à décrire l’ampleur et l’objectivité du traumatisme post-avortement. C’est tout l’intérêt du livre Le traumatisme post-avortement du Dr Florance Allard.

 

PRIONS

 

Intercédons pour les femmes piégées par la promotion de l’IVG vantée comme source et garant de « leur liberté »… sans Dieu !

 

Qu’elles rencontrent le Père Eternel qui conduit dans toute la vérité et qui offre, en Jésus, Son amour inconditionnel et insondable tant il est  « large, long, profond et élevé ». (Eph 3:18)

 

 

PMA : le père optionnel. Pour le philosophe Pierre Le Coz, ancien vice-président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) « avec la réforme bioéthique, le père va devenir marginal, optionnel, facultatif. Si l’enfant a un père c’est bien… sinon, ce n’est pas si grave. Au nom d’un soi-disant progrès, on revient à une vision très archaïque de la mère comme la matrice de tout. Quel retour en arrière ! »

NB : du 21 janvier au 4 février, le projet de loi bioéthique est étudié au Sénat.

« Malheur à ceux … qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres… Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, et qui se croient intelligents ! » Esaïe 5.20-21 

PRIONS

Intercédons pour cette société qui rejette les pères et les repères, dans une inconscience confondante, nous rappelant les paroles du Seigneur à la croix : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font »… ni ce qu’ils disent sans doute, telle la ministre de la Santé qualifiant de « datés » et « idéologiques » les arguments de l’Académie de médecine !… et insistant pour rappeler que la Convention internationale des droits de l’enfant signée par notre pays « n’obligeait pas la France » !

Intercédons pour le passage du projet de loi au Sénat : que les élus empêchent notre société de jouer aux apprentis sorciers, et soient ramenés à la sagesse de Dieu, même malgré eux.

 

Fin de vie. L’affaire Vincent Lambert a illustré comment la justice s’est élevé au-dessus de la médecine, imposant l’euthanasie pour satisfaire les lobbys.

Vers une Euthanasie palliative ? C’est le souhait du Dr Véronique Fournier qui dirige le « Centre national des soins palliatifs et de la fin de vie« .

Inquiétude. Le Dr François Bertin-Hugault  avertit: « Accoler le qualificatif palliatif au mot euthanasie, c’est utiliser les soins palliatifs comme un Cheval de Troie de l’euthanasie, en laissant croire qu’il y aurait des euthanasies qui relèveraient des soins palliatifs. Ne pas provoquer la mort, c’est justement la ligne rouge qui doit protéger l’éthique des soins palliatifs : il s’agit de soulager sans tuer ». (Collectif « Soulager mais pas tuer« )

 

Lire le communiqué du Conseil National des Evangéliques de France (CNEF) sur le projet de loi de bioéthique : ICI

 

PRIONS

Prions Dieu de nous tenir en éveil et en prière persévérante sur ce sujet éminemment révélateur de la santé spirituelle d’une nation. Que la mort ne soit jamais banalisée, technicisée, finalement évacuée de la société au mépris de la dignité de la personne.

 

Prions que notre système de santé soit repensé avec sagesse en redonnant de la valeur à la relation soignants-soignés (donc des moyens), qui doit être profondément respectueuse.

 

NB : ayons conscience que les personnes qui votent les lois de bioéthique pensent faire le bien en voulant libérer l’humanité du joug des lois chrétiennes, qui sont ‘’conservatrices’’ donc contre le ‘’progrès’’.

 

 

mattis felis velit, Sed leo ipsum neque. ultricies id mattis nunc elit.