Dates clefs de l’histoire française

900 av. J.C. Les Celtes traversent le Rhin et commencent à entrer en Gaule. Les Gaulois (terme latin pour désigner les Celtes) se constituent en plus de 400 tribus, se mêlant avec les Ligures, originaires des Alpes, les Ibères, des Pyrénées, et beaucoup d’autres, souvent de souche phénicienne, grecque ou romaine.

51 av. J.C. Jules César achève la conquête romaine de la Gaule. A cette époque, il y a sur le territoire environ 10 millions d’habitants. Le droit romain unifie le pays pour la première fois, source de grands bénéfices économiques et culturels.

202  Irénée, évêque de Lyon est décapité. Père de L’Église, il est célèbre pour avoir dénoncé l’hérésie.

Entre 250 et 270 ap. J.C.  Denis, le premier évêque de Paris, devient martyr. La tradition l’identifie parfois à Denis l’Aréopagite, mentionné en Actes 17. 34 mais les dates ne correspondent pas.

371 Martin de Tours fonde le monastère de Marmoutier. Celui-ci devient le centre de formation pour l’envoi de missionnaires auprès des Gallo-romains.

400-410  Des « tribus Barbares » commencent à envahir la province romaine de Gaule. Au nombre de celles-ci on compte les tribus germaniques, des Francs, des Wisigoths, des Burgondes, et, venant de plus loin encore à l’Est, les Vandales et les Teutons.

La France chrétienne

486  Clovis, Roi des Francs, l’emporte sur les armées romaines en Gaule et commence à unifier la France sous sa domination. (Cette unification s’achèvera en 507). En 496 (?) il reçoit le baptême avec 3000 de ses guerriers et consacre le royaume à Jésus-Christ.

732  La progression des armées musulmanes (les Maures) en Europe occidentale est stoppée par Charles Martel, le chef Franc, qui les met en déroute près de Poitiers.

756  Le roi Franc Pépin le Bref donne le territoire de Rome et ses environs à la Papauté, fondant ainsi les États pontificaux.

768  Charlemagne devient Roi des Francs à partir de 768, et est couronné Empereur du Saint Empire Germanique par le Pape en 800. La conquête et la « christianisation » forcée des Saxons (au Nord-Ouest de la Germanie) occupent la plus grande part du règne de Charlemagne. En 804, il réussit à unifier la majeure partie de l’Europe occidentale. Charlemagne rassemble autour de lui, à Aix-la-Chapelle, sa capitale, une sorte d’Académie composée de savants venus de toute l’Europe. Il porte également un vif intérêt à la théologie, organise l’église sur les territoires qu’il gouverne et favorise les entreprises missionnaires et la réforme monastique.

911  Les Vikings prennent le contrôle du Nord de la France. Les Normands (« Hommes du Nord ») s’installent dans la région Ouest (la Normandie).

1066  Guillaume le Conquérant (chef de Normandie) met en déroute les Anglais à Hastings, et devient roi d’Angleterre. Il remplace la noblesse anglaise par des nobles français et remplace également les évêques et les abbés anglais par des hommes d’église éminents venant de France. Le français devient la langue de la Cour et de la noblesse anglaise pour près de 300 ans.

Au nom de Dieu… croisades et guerres

1095  Les Croisades sont lancées. Dans un discours prononcé à Clermont, en France, le Pape (un Français), appelle des volontaires à partir pour Jérusalem, promettant une rémission des péchés comme récompense. C’est un flot de volontaires qui se présente en masse, et des milliers de pèlerins pauvrement armés se mettent en route. Il faut distinguer les Croisades officielles ayant à leur tête un Souverain ou un Prince de phénomènes sporadiques et incontrôlés. Ce sont ces derniers qui vont massacrer les Juifs dans la vallée du Rhin, et la plupart d’entre eux périra au cours du voyage vers l’est. Le corps principal de l’armée, constitué essentiellement de chevaliers français et normands, entreprend de s’emparer de Jérusalem en 1099, établissant le « Royaume latin de Jérusalem ». Les Musulmans reprennent possession de Jérusalem en 1187. Au total, huit croisades poursuivent la  « guerre sainte » contre les musulmans jusqu’en 1270, la France jouant un rôle majeur tout au long de cette entreprise.

1208  Un « Réveil de foi Biblique » éclate à travers la France, conduit par les Vaudois (à l’Est), les Picards (au Nord) et les Albigeois (au Sud). Ce même réveil produit des ordres religieux nouveaux comme les Dominicains, les Franciscains, les Augustins et les Grandmontains. Il influence aussi les laïques, à commencer par St Louis et Jeanne de Flandres.

1209 Le Pape Innocent III ordonne une croisade, non pas contre les Turcs, mais contre les « ennemis de l’intérieur ». Les principales cibles sont les Vaudois et les Albigeois (mélange de manichéisme et de christianisme suscitant une morale très austère). Beaucoup subissent le martyre, d’autres fuient en Italie du Nord

1212  Dans la  » Croisade des Enfants « , un groupe d’enfants et surtout de jeunes adultes paysans, conduits par le jeune Etienne de Cloyes, se voit promettre le libre passage de Marseille jusqu’en Terre Sainte, avec l’espoir de retrouver le tombeau du Christ. Au lieu de cela, ils sont combattus.

 

1231  L’Inquisition est établie par le Pape, pour prendre des mesures concernant les hérétiques, qui étaient considérés comme des ennemis de la société. Commençant à Toulouse, l’Inquisition atteint rapidement d’autres régions de France et, de là, l’Espagne et au-delà.

 

1309  Le Pape Clément V (un Français) déplace le siège de la Papauté de Rome en Avignon, ce qui marque le début de ce que l’on a appelé la « Captivité Babylonienne » de la Papauté, une période de 70 ans pendant laquelle tous les Papes sont français, vivent en Avignon, et sont soumis à l’influence française. Quand la Papauté retourne finalement à Rome, en 1378, une lignée de Papes rivaux paraît en Avignon, soutenus par la France, l’Écosse et une partie de l’Espagne et de l’Italie. Ceux-ci cherchent surtout à se dégager des querelles stériles des Italiens, qui mettent en péril la liberté de l’Église.

1337  Durant la Guerre de Cent ans, Français et Anglais combattent pour le contrôle de territoires en Écosse, en Flandres et en France.

1420  Dans le Traité de Troyes, le roi anglais Henry V est nommé héritier du trône de France. A ce moment-là, l’Angleterre s’est rendue maîtresse de la moitié de la France.

1429  Jeanne d’Arc a convaincu un conseil de théologiens qu’elle est revêtue d’une mission divine pour sauver la France de l’oppression anglaise. Elle conduit les Français dans plusieurs victoires militaires sur les Anglais en 1429. Quand elle mène une campagne sans autorisation l’année suivante, elle est jugée et déclarée coupable d’hérésie pour obéir à Dieu et non à l’Église Catholique Romaine. Jeanne d’Arc est brûlée sur le bûcher en 1431, mais après 25 ans, l’église annule la condamnation puis la canonise en 1920.En fait on s’est servi de l’Église pour ce procès fondamentalement politique.

1453  Les Français chassent les Anglais de tout leur territoire, excepté Calais, mettant ainsi fin à la Guerre de Cent Ans.

 

Religion, science, philosophie et politique … 3 siècles de guerres et de massacres

1514 La Révolution Scientifique commence, avec l’astronome polonais Copernic qui diffuse discrètement ses découvertes, annonçant que la terre n’est pas le centre de l’univers.

1516  Le Pape accepte de donner au roi de France le droit exceptionnel de nommer les évêques sur son territoire. Cette évolution du  « Gallicanisme », ainsi qu’on l’a appelé, conduit à ce que, en France, le Pape possède moins d’autorité que le roi sur les questions ecclésiales. Il ne peut pas non plus contester les anciennes libertés de l’Église gauloise. Dans les années qui suivent, une conséquence concrète de cette concession est que le roi de France n’a pas besoin de se servir de la Réforme comme excuse pour restreindre le contrôle de la Papauté sur son territoire. Or ce prétexte devient un facteur politique d’importance utilisé pour répandre la Réforme dans d’autres pays. Le Concordat de 1802 met fin au « Gallicanisme ».

 

1517 La Réforme commence avec Martin Luther en Allemagne. Elle s’étend bientôt à travers l’Europe et son influence en France commence à prendre pied. En 40 ans, entre 20 et 50 % (selon les régions) des Français deviennent protestants.

1535   La persécution menée contre la Réforme contraint Jean Calvin à fuir la France pour la Suisse. Un grand nombre d’autres Protestants, appelés les Huguenots, prennent également la fuite.

1562-1598 Les Guerres de Religion commencent, suite au terrible massacre d’une église protestante à Wassy. Les tensions politiques et religieuses suscitées par la Réforme débouchent sur une véritable guerre civile. Les guerres de religion ont repris sporadiquement jusque dans les années 1630.

1572 Arrive le jour de la Saint Barthélemy, avec le massacre des protestants. C’est Catherine de Médicis, la mère du roi de France, qui est à l’origine du carnage : elle a invité tous les chefs protestants à Paris pour le mariage de sa fille. Rien qu’à Paris, plus de 3 000 hommes sont tués en un jour, et les eaux de la Seine sont rougies de leur sang. La tuerie se répand rapidement dans toute la province. Par ailleurs dans les « Michelades » de Nîmes en 1567, les protestants ont massacré les catholiques.

1598  L’Édit de Nantes met fin « officiellement » aux guerres de religion. Il est signé en 1598 par le roi Henri IV, et accorde la reconnaissance officielle à la religion protestante, conduisant à une coexistence plus ou moins paisible entre les catholiques et les protestants.

1608  Le Québec (en Amérique du Nord) est colonisé par la France.

1627-28  Le siège de « La Rochelle la Rebelle ». La ville de La Rochelle -cité puissante- est à majorité protestante. Un symbole pour Louis XIII et le Cardinal de Richelieu – 1er ministre et général de guerre du roi – qui craignent son indépendance. Ils décident sa capitulation. Assiégés par 20.000 soldats, 23.500 Rochelais préféreront mourir affamés plutôt que renier leur foi. Au bout de 3 ans, La Rochelle capitule: seuls 5500 survivront en échange de leur conversion. Le cardinal avait rempli sa mission: détruire la puissance protestante en France.

 

1633  L’astronome italien Galilée, contraint par l’Inquisition de renoncer aux théories de Copernic, est condamné à résidence surveillée.

 

1635  Les Français colonisent, dans les Antilles, les îles de la Guadeloupe et de la Martinique.

 

1638  Louis XIII consacre la France et tous ses habitants à la Vierge Marie, les plaçant sous sa protection, suite à une invasion de forces espagnoles. Alors qu’il était sans enfant après 22 ans de mariage, la naissance d’un héritier peu après est interprétée comme la récompense de son acte, et est attribuée à son intercession auprès de Marie. L’enfant devient Louis XIV, celui que l’on a appelé le   « Roi soleil », qui règne avec le pouvoir absolu, se désignant lui-même comme  « le représentant de Dieu sur terre ».

1641  Descartes publie son principal ouvrage philosophique, préconisant le doute systématique comme une méthode pour parvenir à la vérité.

1660  Sous Louis XIV, la persécution des protestants reprend. Les églises et les écoles sont fermées. Plus tard, les enfants seront arrachés à leurs parents et « rééduqués » dans les couvents et les monastères, tout en restant à la charge de leurs parents. Au cours des 25 années suivantes, 309 édits sont proclamés contre les Huguenots.

1685  Révocation de l’Édit de Nantes. Le protestantisme est proscrit, sous peine d’être envoyé aux galères ou emprisonné à vie. Des centaines de milliers émigrent, plutôt que d’accepter le catholicisme. Dans les Cévennes des combats provoquent de nombreux morts.

1688  Un réveil dans les Cévennes s’accompagne de phénomènes étranges. Des milliers de personnes entendent des voix angéliques qui chantent dans la nuit ou des plaintes dans le ciel accompagnées de tambours et de trompettes, comme quand on donne aux troupes l’ordre de charger. Des milliers de gens se convertissent et déclarent qu’ils ont été « remplis de l’Esprit ». Plusieurs font l’expérience de pouvoirs miraculeux et commencent aussi à prophétiser de manière surnaturelle. De jeunes enfants à peine capables de parler un patois ordinaire, prophétisent dans un français parfait. Cependant la persécution provoque une réponse violente de la part de plusieurs dans le mouvement : ceci est connu sous le nom de « révolte des Camisards ».

 

1697  Les Français établissent une colonie à l’extrême ouest de l’île de Saint- Domingue (Haïti), faisant de celle-ci la colonie la plus riche des Caraïbes.

 

1700 sv Le 18ème siècle est aussi pour la France le « Siècle des Lumières ». Des philosophes français comme Voltaire et Rousseau, élèvent la raison humaine au-dessus de la religion.

 

1715  Nantes devient le premier port d’esclaves de France. C’est de là que sont lancées 1427 expéditions d’esclaves pendant les 70 années qui suivent. Les esclaves, achetés à des marchands noirs en Afrique contre un paiement en armes et alcool, sont vendus aux propriétaires de plantations dans les colonies des Antilles que sont la Guadeloupe, la Martinique et Saint Domingue (Haïti), pour la production de café et de canne à sucre. Cette production arrive en France, est raffinée à Nantes, Rochefort et Bordeaux, avant d’être réexportée vers l’Europe centrale et septentrionale. Ce commerce triangulaire est décuplé entre 1715 et 1789. La valeur de ces exportations internationales dans les années 1780 se monte à environ un quart du revenu national.

1763  Suite à la Guerre de Sept Ans, les Français perdent le Canada et l’Inde au profit des Anglais

1768 –  Les Génois vendent leurs droits de propriété sur la Corse à la France, ce qui entraîne l’invasion de l’île par les troupes françaises : La Corse devient une province française. C’est là que, peu après, naît Napoléon Bonaparte. Quelques mois plus tôt, il aurait été italien.

1778  Lors de la Guerre d’Indépendance américaine, les Français se rangent du côté des Américains contre les Anglais. La contribution apportée par leur armée et leur marine est décisive pour assurer la victoire américaine.

 

1789  Début de la Révolution française : une disposition nationale au changement coïncide avec de sévères difficultés économiques engendrées par la guerre et la disette. La Révolution est une tentative pour donner naissance à une nouvelle France, dans laquelle les privilèges héréditaires, l’absolutisme du roi et la mainmise de l’Église doivent prendre fin. Elle se caractérise par la Déclaration des Droits de l’Homme, la fin du système féodal, l’esquisse d’une constitution, la réforme de l’Église et la réorganisation du gouvernement. Cependant, l’idéalisme de la révolution tourne bientôt à l’anarchie et au règne de la Terreur. Le peuple français connaît les pires heures de son histoire.

En dépit de certaines conséquences positives de la Révolution (par ex, elle accorde aux Juifs l’égalité et la citoyenneté), on y décèle cependant une forte tendance antichrétienne. Le clergé catholique est contraint de se soumettre au contrôle civil. Quand 3 évêques et 220 prêtres sont massacrés pour avoir refusé un tel contrôle, 30 à 40 000 prêtres fuient en Angleterre, en Espagne et dans les États de la Papauté. La République a inventé les camps de concentration de 1793 à 1795 avec les « pontons de Rochefort » où sont morts des milliers de prêtres. Un mouvement de déchristianisation prend racine avec la tentative révolutionnaire de remplacer le catholicisme par une religion approuvée de l’État, connue comme « Le Culte de l’être Suprême ». Les églises sont fermées, leurs ornements pillés, et un nouveau calendrier est introduit : désormais, le début de la Révolution devient  « l’an 1 ». Une semaine de 10 jours est également introduite, dans le but de supprimer le dimanche. Le point d’orgue est la « Fête de la Raison », le 10 novembre 1793, célébrée dans la Cathédrale Notre Dame, alors rebaptisée « Le Temple de la Raison ». Une procession de jeunes filles vêtues de blanc défile devant un simili « Temple de la Philosophie » élevé à l’emplacement même du grand autel. De ce « temple », au point culminant de la cérémonie, émerge un personnage féminin portant une robe rouge, en fait une actrice locale, représentant la Liberté. Le culte de l’être Suprême est imposé à travers toute la France.

 

Une France conquérante qui cherche ses repères et impose ses valeurs

1799  Napoléon Bonaparte, qui est parvenu au commandement d’une armée révolutionnaire française, s’empare du pouvoir politique comme premier consul en 1799 et se proclame lui-même empereur en 1804, lors d’une cérémonie présidée par le Pape Pie VII.

Pendant qu’il est à la tête de l’État, il met de l’ordre dans tous les domaines du gouvernement local et national, faisant ainsi avancer la législation plus que cela n’a jamais été fait sur une telle période dans l’histoire française. Bonaparte comble aussi la dette nationale, restaure la valeur des titres français, équilibre le budget, fonde la Banque de France, et centralise la perception des impôts. Il crée la Société pour le Développement de l’Industrie Nationale et entreprend des projets de grands travaux publics. Il subordonne également tout le système de l’éducation supérieure au contrôle de l’État centralisé.

Ces réalisations intérieures s’accompagnent de la restauration de la suprématie française à l’étranger, avec des victoires en Égypte, Autriche, Italie, Hollande, Suisse, Allemagne et dans les Balkans. Considérant que les liens familiaux sont plus forts que des traités, il place des membres de sa famille sur les trônes de Naples, de Hollande, de Westphalie et d’Espagne, et il marie des membres de sa famille à quelques-unes des familles les plus distinguées d’Europe. Ayant divorcé en 1809 parce que Joséphine ne mettait au monde aucun héritier mâle, il épouse alors la fille de l’Empereur d’Autriche. Un an plus tard, un fils nait et deviendra le roi de Rome.

 

1802  Napoléon reconnaît le Catholicisme romain comme la principale religion de France. Il impose un Concordat avec le Pape et légifère au sujet des cultes protestants et juifs.

 

1803  Napoléon vend la Louisiane pour contribuer à financer ses guerres européennes. Le prix était de 60 millions de francs pour un territoire de 2 millions de km2, s’étendant du Mississippi aux montagnes rocheuses.

1804   Les esclaves noirs d’Haïti, s’inspirant de la Révolution française, prennent le contrôle de leur pays.

1814 Napoléon est vaincu et la monarchie restaurée. Un an plus tard, Napoléon reprend le pouvoir, mais est définitivement battu à la bataille de Waterloo en 1815.

 

1844 Tahiti devient un protectorat français. Les autres îles de la Polynésie française sont progressivement annexées.

1846 La Guyane française devient, pour la France, le principal lieu de déportation de ses prisonniers : tous les détenus condamnés à des peines de plus de 7 ans sont envoyés là-bas. Au total, 50 et 70 000 prisonniers y furent envoyés. Les seuls qui quittent cette « prison » vivants sont les 5 000 détenus qui s’y trouvaient encore quand la prison ferma, en 1953.

1847  Les Français achèvent de prendre possession de l’Algérie.

 

1848  La Révolution de février 1848, déloge Louis-Philippe, le dernier Roi français, et établit la Seconde République. Napoléon III, le neveu de Napoléon Bonaparte, devient Président puis Empereur.

1870  L’Alsace-Lorraine est perdue dans la guerre franco prussienne. La Troisième République est établie.

1880-1914  Les principales puissances européennes se partagent l’Afrique.

1884  –  Les Français achèvent leur conquête de l’Indochine.

 

1894   L’Affaire Dreyfus ébranle la France. Alfred Dreyfus, un officier de l’armée, d’origine juive, est accusé de vendre des secrets militaires aux Allemands. Son procès conduit à une vague nationale d’antisémitisme. Il n’apparut que plus tard que la hiérarchie militaire avait délibérément supprimé des preuves décisives lors du procès afin de se protéger. Lorsque l’écrivain Émile Zola publie son « J’accuse », il déclenche un véritable tumulte au Parlement. Finalement, Dreyfus est acquitté. Le pays tout entier est profondément divisé par cette affaire qui suscite de violentes passions jusqu’à l’intérieur mêmes des familles.

 

1905  La République établit la séparation des Églises et de l’État. L’enseignement religieux n’est plus autorisé dans les écoles publiques ou dans les universités.

 

Vers la mondialisation

1914-1918   La France combat du côté des Alliés pendant la 1ère Guerre Mondiale. Un dixième du pays est dévasté ; 8 millions et demi de soldats venus des quatre coins du monde meurent sur le sol français. 500000 Français sont tués et 3 millions blessés.

1919  –  Le Traité de Versailles rend à la France l’Alsace et la Lorraine. Il lui accorde également un mandat pour gouverner la Syrie, le Liban (appartenant anciennement à l’Empire Ottoman), et certaines parties du Togo et du Cameroun, anciennes colonies allemandes.

1939  La France et l’Angleterre prennent les armes pour défendre la Pologne contre l’agression allemande.

1940 L’Allemagne envahit la France. Le gouvernement, sous le Maréchal Pétain, capitule. L’Armistice qu’il signe avec Hitler cède à l’occupation allemande environ les 2/3 du pays : Paris, le Nord de la France, et toute la côte Atlantique. En échange, Pétain est placé à la tête du gouvernement de la zone libre, où son « régime de Vichy » collabore étroitement avec les Allemands, fournissant un soutien économique, supprimant la résistance et organisant la déportation de plus de 75 000 juifs. Pendant ce temps, Charles de Gaulle s’enfuit à Londres et commence à organiser la résistance française.

1944   La France est libérée

 

1946  L’Union française est créée pour étendre les droits de citoyenneté aux personnes originaires des colonies françaises. Elle leur offre également une autonomie limitée remplaçant la domination absolue.

1947 Début de la Guerre du Vietnam. Quand, de son propre chef, le Vietnam se déclare République Communiste Indépendante, la France lutte pour garder sa colonie. Les États-Unis, redoutant l’extension du communisme, aident la France ; en 1953, ils pourvoient à 80 % du coût de l’effort de guerre de la France.

1949 La France est l’une des 12 nations fondatrices de l’OTAN, créée pour prévenir toute agression potentielle des Soviétiques en Europe.

1954 La France se retire d’Indochine. Au même moment, le FLN (le mouvement nationaliste algérien) déclare une guerre d’indépendance, lançant des attaques terroristes contre les Français à la fois en Algérie et en France.

 

Les temps modernes …

1957  La France est un membre fondateur de la Communauté Économique Européenne.

1958  Charles de Gaulle est appelé au gouvernement afin d’enrayer la crise pendant la guerre d’Algérie. Il rédige une nouvelle constitution donnant au président des pouvoirs exécutifs forts, établissant ainsi la Cinquième République.

1962  L’Algérie gagne son indépendance, après une longue et sanglante guerre civile.

1963 De Gaulle et le chancelier allemand Konrad Adenauer signent le « traité de réconciliation » franco-allemand, encourageant les relations franco-allemandes pour la première fois depuis 1870.

1967 De Gaulle met son veto à l’entrée de la Grande-Bretagne dans la Communauté Économique Européenne. Il distend les liens de la France avec les États-Unis et l’OTAN, affermit la puissance nucléaire française et engage des relations avec la Chine communiste.

1992 –  Le Traité de Maastricht sur l’unification européenne est approuvé de justesse à l’issue d’un référendum proposé aux Français.

1994 Le Tunnel sous la Manche est achevé, offrant une liaison ferroviaire entre la France et la Grande-Bretagne.

 

Phasellus porta. mattis elementum Aliquam luctus vel, suscipit risus. venenatis